サルコジ大統領 「真実をフランス国民に伝える」 – Mr.Sarkozy : “On dit la vérité aux Français”

今日2012年2月19日、サルコジ大統領は、大統領選挙に向けてマルセイユでミーティングを行った。

マルセイユにて、ニコラ・サルコジ氏(2012年2月19日) 写真=Anne-Christine Poujoulat afp.com

様々な公約に触れ、ここでも、原発の話題に触れて話しておった。

以下、今日のサルコジの言い分。

● 社会党とヨーロッパ・エコロジー・緑の党が言うように、原発を閉鎖に向かわせるのは、「労働者たちから仕事を奪い取る」ことなんです。

● 先日、フェッセンナイム原発を訪れた際に労働者たちに言われましたよ、「フェッセンナイム原発を閉鎖させるとか言ってる政治家たちは信用ならない、彼らたちは私たちを騙したですよ、数万人ものフランス原発労働者たちの見えないところで、こそこそと共同公約を結び、何十基も原発を閉鎖するんだって?そんなもん信じられません。」と。

● 「私は疑いたくなるんですが、どんなに仕事がどんなものか、彼らは本当に分かっているんでしょうか?選挙に勝ちたいが為に、公約合意して、はい原発労働の仕事を奪い取りますよっと、さて、そんな事、労働者を真正面にして言えるんでしょうか?」

また、こんなことも言ってたんだよね。

● 「もし本当にフランスが好きならば、フランス国民を人質に取り、国を硬直させ、自分たちの利益を守るだけだという、その反対であるべきです。(・・・) 国を弱体化させないように努め(・・・) 我々が具体的に何をしたいのか、その真実をフランス国民に伝えるんですよ。でなければ、それは、公的発言が信用度を失うだけではありませんか。」

「真実を国民に・・・云々」・・・笑わしてくれるよな、相変わらず!!!

毎日新聞 2012年2月20日

仏大統領:移民制限を主張 経済政策の失敗否定

【パリ宮川裕章】フランスのサルコジ大統領は19日、仏南部マルセイユで開かれた与党・国民運動連合の支持者集会で演説し、経済政策の失敗を否定するとともに移民制限など保守色の強い政策を主張した。

15日の出馬表明後、初の大規模集会。サルコジ氏は約2000人の支持者を前にまず、「過去の戦争でフランスの自由のために流れた血を思い起こせ」と強い口調で訴えた。そのうえで「教育、警察、国家、法の権威を取り戻す。権威と自由は補完関係にある」と述べ、「移民に門を開くのは無責任で罪悪だ」などと繰り返した。会場では国旗が揺れ、「サルコジ」コールがこだました。

一方、任期の5年間に失業率や経済成長率などの指標が悪化したことについては、従来通り「この世界規模の経済危機に例外はない」と自らの失敗を否定。「私の改革が経済危機のせいで見えなくなってしまっている」と述べた。

http://mainichi.jp/select/world/news/20120220k0000m030104000c.html

20minutes (AFP) – 19/02/2012

MARSEILLE – A Marseille, Sarkozy charge Hollande, accusé de ne pas “aimer la France”

Nicolas Sarkozy à Marseille, le 19 février 2012 Anne-Christine Poujoulat afp.com

MARSEILLE – Devant plus de 10.000 partisans survoltés, le Premier ministre, François Fillon, le patron de l’UMP, Jean-François Copé, et son épouse, Carla, le président candidat a repris le ton très offensif inauguré jeudi lors de sa première sortie à Annecy pour dénoncer pendant près d’une heure la “faiblesse”, les “mensonges” et le manque de “courage” de son rival.

Même s’il a assuré souhaité “un débat d’une certaine tenue”, Nicolas Sarkozy a longuement opposé sa politique, expression de son “amour de la France”, aux propositions de son rival socialiste, reflet d’un candidat qui ne l’aime pas.

“Aimer la France, c’est refuser d’accepter les 35 heures (…) c’est refuser de promettre la retraite à 60 ans (…) c’est refuser d’augmenter les dépenses et d’augmenter les impôts en pleine crise de la dette (…) c’est refuser d’aborder l’immigration par la seule posture idéologique”, a-t-il lancé.

“Quand on aime la France, on n’est pas du côté de ceux qui, pour défendre leurs intérêts, bloquent le pays et prennent les Français en otage (…) on a l’obsession de ne pas l’affaiblir (…) on dit la vérité aux Français sur ce que l’on veut faire, sinon on jette le discrédit sur la parole publique”, a poursuivi le chef de l’Etat sous les applaudissements.

Comme il l’avait fait à Annecy, Nicolas Sarkozy, qui s’est refusé à le nommer, a accusé François Hollande de double discours sur la finance, d’avoir “fait semblant d’être Thatcher à Londres et Mitterrand à Paris”. “Où est la vérité quand on dit tout et son contraire ?”, a-t-il demandé.

Comme en Haute-Savoie, encore, le candidat de l’UMP a fustigé l’accord électoral PS/EELV sur la réduction de la part du nucléaire en estimant qu’il équivalait à “voler le travail des ouvriers” de la centrale de Fessenheim “pour glaner quelques voix sur le tapis vert des négociations partisanes”.

A l’inverse, le président a insisté sur son bilan “courageux” face aux crises qui ont marqué son mandat. “La France a résisté, la France a tenu et les Français ont fait face (…) nous avons réussi à éviter la catastrophe”, a-t-il répété à plusieurs reprises en renvoyant ceux qui en doutent aux situations de l'”ouvrier grec” ou du “chômeur espagnol”.

S’il a reconnu que leurs effets avaient été “masqués par les dégâts de la crise”, le président a également assuré que ses nombreuses réformes avaient permis à la France de “renouer avec ses valeurs”, énumérant “travail”, “effort”, “courage”, “intelligence”, “responsabilité et autorité”.

Nicolas Sarkozy est également revenu sur sa volonté d’imposer, en cas de victoire, un référendum sur l’indemnisation et la formation des chômeurs et la lutte contre l’immigration illégale.

“Je veux être le candidat du peuple de France. Je ne serai pas le candidat d’une petite élite contre le peuple”, a-t-il assuré en fustigeant “ceux qui pensent que se tourner vers le peuple c’est du populisme”. Parmi ces élites, il a critiqué les banquiers et patrons qui ont “trahi” les valeurs qu’ils devaient défendre en s’accordant des rémunérations qui “défient le sens commun”.

Dans la foulée, le chef de l’Etat a porté le fer contre les corps intermédiaires. “Ce ne sont pas les Français qui sont rétifs aux réformes mais les corps intermédiaires qui n’aiment rien tant que l’immobilisme”, a-t-il lancé.

“Quand on aime la France, on n’est prisonnier d’aucun groupe de pression, d’aucun syndicat, d’aucune clientèle, d’aucune communauté”, a-t-il ajouté.

Au nom du même respect du “peuple”, Nicolas Sarkozy s’est également prononcé pour l’instauration “à la marge” d’une dose de proportionnelle pour les législatives, jugeant que le mode de scrutin actuel, majoritaire à deux tours, tenait “à l’écart” de l’Assemblée nationale de “grands courants de notre vie politique”, allusion au Front national.

Sans surprise, la gauche a tiré à boulets rouges contre le discours du président sortant. Le maire PS des 1er et 7e arrondissements de Marseille Patrick Menucci l’a même qualifié de “plus populiste jamais prononcé” par un président. Quant à Carla Bruni-Sarkozy, elle a jugé le propos de son candidat de mari “très émouvant et merveilleux”.
© 2012 AFP

http://www.20minutes.fr/politique/882731-marseille-sarkozy-charge-hollande-accuse-aimer-france

TF1 – 19/02/2012

Sarkozy fustige une nouvelle fois l’accord PS/EELV sur le nucléaire

Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois  fustigé dimanche à Marseille l’accord électoral PS/EELV qui prévoit une  réduction de la part du nucléaire et revient, selon lui, à “voler le travail  des ouvriers”. “Les ouvriers qui m’ont dit à la centrale nucléaire de Fessenheim : Ils  nous ont vendus savent bien que l’on ne croit pas en son pays quand on est  prêt à arrêter des dizaines de réacteurs nucléaires en contrepartie d’un accord  électoral qui se fait sur le dos de milliers d’ouvriers de la filière nucléaire  française”, a lancé le président sortant lors de son premier grand meeting de  campagne à Marseille. “Je me demande quel prix on attache au travail, qu’est-ce qu’on est capable  de dire en le regardant dans les yeux à un ouvrier dont on vole le travail pour  glaner quelques voix sur le tapis vert de négociations partisanes ?”, a-t-il  poursuivi.

http://lci.tf1.fr/filnews/politique/sarkozy-fustige-une-nouvelle-fois-l-accord-ps-eelv-sur-le-nucleaire-7002315.html

—————————————–

あたしは、この映画観てないけど・・・。

フランス大統領ニコラ・サルコジが大統領 になるまでの2002年から2007年を描いたフィクションだよ。

映画 「ラ・コンケット(征服)」 (2011年) 監督 グザビエ・ドゥランジェー

Film : “La Conquête” (2011) de Xavier Durringer

—————————————–

追記

東京新聞 2012年2月20日

東京新聞 2012年2月22日

記事を送ってくださった方に感謝申し上げます☆

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: