仏・アレバ社の経営難、リストラ、労働問題 – Les salariés d’Areva manifestent

2011年3月11日以降、フランスの原発業界も大変なことになってる。

フランスの周りの各国が、原発に「さようなら」を告げて、日々「原発依存」からの脱退に向かっている中、フランス政府や原発推進グループ、原子力マフィアらが、幾ら「安全・安心・世界一の原発技術」を唄っても、事態は深刻さを増しているのは明らか。

AFP通信社に寄ると、アレバ社は2700~2900人の従業員のリストラを予定しており、その内の1000人から1200人はフランス国内のアレバ従業員なんだってよ。← 追記 その後、12月12日、正式にアレバ社社長・リュック・ウルセル(Luc Oursel)氏が、こんな発表をした。= 「フランス国内のアレバ社員(30000人)の首は切りまっせん! キリッ☆」

この状況は、過去10年間に見られなかったアレバ社の経営難の「象徴」。

それでも、フランス産業相エリック・ベッソン氏が、「いやいや、フランス国内のアレバ社の従業員のリストラは無い無い無い。」っつったり・・・しちゃってる始末・・・もう、ボロが出過ぎてるっつぅのっ!!

ベッソン、オマエぇぇ—-この期に及んで未だ、別のところでゴチャゴチャとホザいて・・・好き勝手に、ごまかしの連続だっつぅのっ!!

で、ドイツは「脱原発宣言」したんだから、ドイツのアレバ社従業員の首が切られるのは「当たり前」だとかさ・・・もう、無責任なんだわな、相変わらずヤツラは。

先月発表された情報によると、具体的にドイツでは、20%に当る従業員の首、1300人のリストラの予定なんだってよ。

もう、好き勝手に「遣われて・捨てられて」って・・・黙っちゃいられないってんで、アレバ社の従業員がデモしてたよ。

デモ開催日 = 2011年12月7日(水曜日)

デモ開催場所 = アレバ本社前を占領 (アレバ本社住所 = 33, rue La Fayette – 75009 Paris)

デモ参加人数 = フランス国内の原発の従業員450人~500人 = マルクール(Marcoule)原発、 ピエーラット(Pierrelatte)原発、ラ・アーグ(La Hague)原発の労働者 ← この3箇所の原発現地でも、同時にデモが行われた。

デモでの主な訴え = 特に「賃金問題」と、「原発」という特殊な「管理」、「夜間労働」が必要となる「労働苦難」への批判

ル・フィガロ紙、ビデオニュース 2011年12月7日

AFP – 07/12/2011

Plusieurs centaines de salariés d’Areva manifestent devant le siège

Des salariés d’Areva manifestent le 7 décembre 2011 devant le siège de l’entreprise à Paris (AFP, Fred Dufour)

PARIS — Plusieurs centaines de salariés de la branche nucléaire d’Areva manifestaient mercredi devant le siège à Paris, pour dénoncer la remise en cause par la direction d’accords d’entreprise sur la pénibilité et les rémunérations notamment.

Entre 450 et 500 salariés, venus des sites nucléaires de Marcoule (Gard), Pierrelatte (Drôme) et La Hague (Manche), se sont installés rue Lafayette (IXe), bloquant la rue qui abrite le siège d’Areva.

Un mouvement de grève est également en cours sur ces trois sites, ont indiqué les représentants syndicaux, avançant le chiffre de 70% de grévistes.

Habillés de parkas jaune fluo ou en blousons rouges imprimés du sigle de l’entreprise, les salariés, réunis à l’appel d’une intersyndicale CGT, FO, CFDT, CFTC et Unsa-Spaen ont installé des tentes dans la rue.

La branche nucléaire d’Areva – Areva NC – emploie 6.700 personnes en France sur un total de 48.000 salariés.

Le délégué central de FO, Philippe Launay, a déclaré à l’AFP que la direction voulait remettre en cause des accords d’entreprise qui existent depuis 2000. Les syndicats et la direction sont en phase finale de négociation et doivent trouver un accord avant le 14 décembre.

“Si nous n’y arrivons pas, la direction retournera à la convention collective qui est nettement moins favorable aux salariés. C’est du chantage”, a affirmé le syndicaliste.

“On est loin de revenir aux garanties d’avant. Les salariés sont en colère”, a-t-il ajouté, accusant la direction d’Areva de “vouloir faire des économies sur le dos des salariés”.

Les négociations bloquent surtout sur la reconnaissance de la pénibilité du travail dans le nucléaire et sur les rémunérations, notamment les augmentations individuelles, selon les syndicats.

“La direction ne veut pas reconnaître la pénibilité en ce qui concerne notre exposition aux rayonnements ionisants, alors qu’on est obligé de porter des tenues plombées qui font 15 kilos, des masques respiratoires, des tenues en plastique dans lesquelles on est très confiné”, a dit à l’AFP Manu Joly délégué central CGT.

“Il y a aussi une absence totale de reconnaissance des substances chimiques CMR (cancérogène, mutagène et reprotoxique) auxquelles nous pouvons être exposés”, a-t-il ajouté indiquant que la seule pénibilité reconnue par la direction était le travail de nuit.

Fin 2010, la direction d’Areva NC a décidé de ne pas reconduire l’accord d’entreprise arrivant à échéance en septembre 2011. Depuis le début de l’année, des réunions de négociation ont lieu toutes les semaines. Les négociations devaient reprendre à 14h00.

Copyright © 2011 AFP

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5igCL4gxeqPQJtGK0ggcOPvE9Mw0g?docId=CNG.87adca6ee6bb9558e859b0bf3b2e361e.511

Le Nouvel Observateur avec AFP – 10/12/2011

Plombé par Fukushima, Areva va dévoiler sa plus sévère restructuration 

Le groupe industriel s’apprête à dévoiler le plan de suppression de postes le plus sévère depuis sa création il y a dix ans.

Le site nucléaire de Tricastin. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Areva s’apprête à dévoiler le plan de suppression de postes le plus sévère depuis sa création il y a dix ans, qui devrait surtout peser sur ses salariés allemands mais épargnera en revanche la France, alors que Fukushima contraint le groupe nucléaire public à ravaler ses ambitions.

Luc Oursel, qui a pris la présidence du groupe fin juin, présentera son “plan d’orientation stratégique” lundi 12 décembre au conseil de surveillance puis aux représentants du personnel, avant de le détailler mardi devant la presse.

Ce plan doit permettre de tirer les conséquences de la catastrophe nucléaire de Fukushima, qui a réduit considérablement les perspectives de développement d’Areva pour les années à venir.

Par ailleurs, les finances du groupe se sont nettement dégradées, et, dès sa nomination, le gouvernement avait donné pour mission à Luc Oursel de redresser les comptes.

Plan social

Jeudi, le quotidien “les Echos” a avancé qu’en raison d’une charge exceptionnelle d’un milliard d’euros, Areva pourrait essuyer sa première perte nette depuis 2001, renforçant le besoin d’économies tous azimuts.

Le plan stratégique devrait inclure le plan social le plus lourd jamais mis en oeuvre par le groupe public, même s’il épargnera la France, comme l’a promis Luc Oursel au gouvernement fin novembre. Un engagement pris après la révélation par l’AFP d’un projet confidentiel prévoyant 2.700 à 2.900 suppressions de postes dans le monde, dont 1.000 à 1.200 dans l’Hexagone.

Si le groupe et le gouvernement avaient aussitôt démenti toute intention de tailler dans les effectifs français (soit plus de la moitié des employés d’Areva), aucune garantie n’a été donnée concernant l’étranger. L’Allemagne, en particulier, semble promise à un traitement-choc, conséquence directe de la sortie du nucléaire décrétée par Angela Merkel.

Le ministre de l’Energie Eric Besson a lui même martelé qu’il n’y aurait pas de plan social en France, mais que ce serait “assez cohérent” à l’étranger.

“À partir du moment où l’Allemagne a arrêté d’ores et déjà sept réacteurs il y a quelques semaines, il est assez logique que les salariés d’Areva ne puissent pas continuer leur travail”, avait-il dit.

1.300 suppressions de poste

Le projet de restructuration dévoilé par l’AFP le mois dernier prévoyait 1.300 suppressions d’emplois en Allemagne (20% du personnel de la branche nucléaire locale).

D’après ce document interne, ces réductions d’effectifs doivent aider à diminuer les coûts de fonctionnement du groupe de 750 millions d’euros d’ici 2015, dont 500 millions à atteindre en 2013.

Devraient enfin s’y s’ajouter une chute de 40% des investissements sur la même période (qui tomberont autour de 7 milliards d’euros contre 12 actuellement), et des cessions d’actifs, comme la participation de 26% dans le groupe minier français Eramet, que Luc Oursel s’est dit prêt à céder en cas de feu vert de l’Etat.

“Opération vérité”

Cette “opération vérité” va marquer un tournant important après la décennie Anne Lauvergeon (dirigeante de 2001 à 2011), lorsque le groupe avait le vent en poupe, bénéficiant à plein d’un regain d’intérêt pour l’atome dans le monde.

Malgré l’engagement sur l’emploi en France, les salariés ont fait monter la pression sur la direction ces derniers jours, avec une manifestation mercredi d’un demi-millier de salariés devant le siège parisien du groupe.

Et jeudi, la CGT, principal syndicat du groupe, a demandé à l’Etat, qui possède 87% du capital de l’entreprise, de la retirer de la Bourse en rachetant les actions restantes, pour la protéger “des exigences de marché incompatibles avec les activités aussi sensibles et exigeantes que le nucléaire”.

Le Nouvel Observateur – AFP

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20111210.OBS6426/plombe-par-fukushima-areva-va-devoiler-sa-plus-severe-restructuration.html

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: