フランシス・フォード・コッポラ 1979年 – F.F.Coppola en 1979

時は1979年、ジョゼフ・コンラッドの小説「闇の奥」を原作に、フランシス・フォード・コッポラ監督が映画「地獄の黙示録」(じごくのもくしろく、原題:Apocalypse Now)を製作し、日本やフランスでも公開された。(アメリカ公開は1978年だそうです。)

はい、フランシス・フォード・コッポラ監督、映画「地獄の黙示録」の撮影現場にて。

(注) えっと、拳銃は空だったよ。← 分かっとるわいっ!!

フランシス・フォード・コッポラは、フランス公開直後にフランス・リベラシオン紙が行ったインタビューにて、こんなことを発言している。

はい、問題でっす。

あ、ランドセルにブチ込んで「宿題」として持ち帰るんじゃなくって、ここで「直ちに」する問題だからね。

以下、フランシス・フォード・コッポラの発言の一部が、虫に食われているよ、その虫食いにあってる部分に入る言葉を、自分で考えて文章を完成させてみよう。

虫に食われている所は、XXで表記されているけど、文字数とは関係ないよ。

フランシス・フォード・コッポラ (1979年)

「ある日、誰かが安価なXXを大量に作るためにXXを発明し、それがXX革命を与えた。ソファーに座って新聞を読む人々は、(まさか、そんな事は)何も起こらないだろうっと思っていた。しかし、それは、ある日起きるんだよ。」

答え=実際のフランシス・フォード・コッポラ発言は、以下、1979年10月2日リベラシオン紙に掲載されたインタビューの下の方にあるよ。

じゃぁぁあああああああねっ☆

Libération – 2 octobre 1979

L’Apocalypse est pour demain

L’entretien avec F.F.Coppola réalisé par Marc Kravetz

Un film sur la guerre du Vietnam, une histoire où le Vietnam n’est que le décor d’un voyage intérieur, le film comme une autre guerre, la vôtre ?

F.F.C. : La meilleure chose que j’ai faite est de dépasser les problèmes d’actualité à propos du Vietnam. Que faisait l’Amérique là-bas ? Quelle était la politique du gouvernement américain vis-à-vis des mouvements qui aux Etats-Unis tentaient d’arrêter la guerre… Ce sont des questions que mon film n’aborde jamais. Cela n’a rien à voir avec la condition humaine ni les thèmes que nous voulions explorer, la morale confrontée à ses limites, l’horreur. C’est vrai, le Vietnam est utilisé comme le décor d’une grande pièce conçue à la manière d’un mystère du Moyen Age. […]

Vous avez dit dans une interview que George Lucas, le réalisateur de Star Wars, pouvait s’il le désirait fabriquer un président des Etats-Unis…

Sans aucun doute. Il le peut vraiment.

Et vous ?

Probablement aussi. Sauf que le président des Etats-Unis n’a plus vraiment de poids. Moi, j’ai plus d’importance que lui.

Comment ça ?

Dans la mesure où je peux dire prenons quinze millions de dollars et faisons un film en choisissant tous les ingrédients nécessaires pour plaire à un vaste public et des thèmes qui peuvent être compris et transformés en action. Pouvez-vous dire quelle autre personne seule est susceptible de prendre cette décision et de réaliser un tel objectif ?

Ce n’est pas «le» pouvoir, tout juste celui de modifier quelques idées…

Quoi de plus important ? Comment ont fait les nazis avant de détenir la totalité du pouvoir ? Rappelez-vous qu’ils ne connaissaient que le cinéma en noir et blanc. Imaginez ce qu’on peut faire à l’âge de l’électronique, quand la planète entière peut regarder au même moment les compétitions olympiques, la remise des oscars à Hollywood ou un combat de Mohamed Ali.

Vous avez une grande confiance dans la technologie ?

Un jour, quelqu’un a inventé une machine qui permettait de fabriquer du tissu en grosse quantité pour pas cher et ça a donné la révolution industrielle. Les gens qui lisent le journal dans leur fauteuil prédisent que rien n’arrivera et pourtant un jour ça arrive. Le cinéma est très puissant. La télévision plus encore. Tout ce que nous pensons, notre idée du bien et du mal, nos goûts, notre langage sont formés par les médias. Le progrès technologique va décupler tout cela, permettre la diffusion immédiate des productions audiovisuelles. J’ai l’impression que les gouvernements ne s’occupent pas vraiment des médias, qu’ils ne voient pas à quel point tout est sur le point d’éclater. C’est finalement bon signe. Si les gens au pouvoir ne sont pas conscients de ce qui arrive ils n’ont plus pour longtemps à rester au pouvoir. […] L’Amérique, une certaine Amérique, est mourante. Mon idée, mon rêve peut-être, c’est que nous sommes à la veille d’un changement incroyable, le plus grand de l’époque moderne et que, dans huit ou dix ans, nous ne vivrons plus dans le même monde. Les Etats-Unis vont mourir mais le pays est si riche, si divers avec ses populations venues de partout, qu’il renaîtra de façon magnifique. Mais il ne s’agira plus des Etats-Unis. […]

Dans ce film, vous avez accumulé les signes culturels américains, les Bunnies, les steaks, le surf mais aussi le hasch, le LSD, la musique rock, sous-ensembles présentés comme appartenant à des systèmes de valeurs antagonistes ?

Oui. Je voulais montrer que le Vietnam des Américains n’était rien d’autre que l’Amérique elle-même, que tout ce qui se passait à Los Angeles se passait aussi au Vietnam. C’est pourquoi, sur le bateau, à un moment, on voit une photo de Manson qui a tué pour protester contre la guerre. Le personnage vient de recevoir une lettre de sa petite amie avec la coupure de journal et des gâteaux. Il mange les gâteaux et regarde la photo. Et il trouve que ce Manson est décidément bizarre. Pourtant, il est au Vietnam, il vit dans la quotidienneté de l’horreur. La folie est de tous les côtés.

Des gens qui n’aiment pas le film me disent que Brando ne dit rien. Brando dit beaucoup de choses. Lis le script. Nous avons considérablement travaillé sur son texte. Il fallait faire accepter un visage qui parle en très gros plan, contrairement à toutes les règles cinématographiques. Se voir, enfin, tel qu’on est, et s’accepter même au prix de la mort. C’est ça que veut dire Brando à la fin.

Peut-on dire d’Apocalypse Now que c’est la guerre au dehors et au-dedans, un Vietnam spirituel en même temps qu’une rigoureuse reconstruction ?

Exactement. Ce n’est pas la chronique vériste d’une guerre véridique, c’est la guerre dans son essence.

Que dit le producteur de Coppola au lendemain de l’Apocalypse ?

J’ai envie maintenant de travailler avec un studio à l’ancienne mode, comme du temps de la Warner. J’ai un tas de films dans la tête, certains qui sont vraiment fantastiques, mais je ne pourrai les réaliser qu’avec une machine. Le studio, c’est la machine. Je vais essayer d’en construire un. Evidemment, c’est une entreprise de plusieurs centaines de millions que je ne peux assumer seul. Il me faut trouver sept ou huit réalisateurs d’accord pour se lancer dans cette aventure. Un studio hollywoodien dans la tradition de la MGM. Plus petit bien sûr. Enfin, pas beaucoup plus petit. La MGM, c’était fantastique. Plus petit quand même.

http://www.liberation.fr/culture/01012368449-l-apocalypse-est-pour-demain

はい、答えでっす☆ 答えは、あの時、拳銃を頭に当ててポーズを取っただけの、はい、2011年のフランシス・フォード・コッポラ本人から、どうぞ。

「ある日、誰かが安価な生地を大量に作るために機械を発明し、それが産業革命を与えた。ソファーに座って新聞を読む人々は、(まさか、そんな事は)何も起こらないだろうっと思っていた。しかし、それは、ある日起きるんだよ。」

フランシス・フォード・コッポラから、そこのアナタへのメッセージ

はい、宿題おつかれさん。

答えあわせで0点でも、拳銃頭に当ててもええけど、撃ったらあかんよ。

あ、そうそう、下にある僕の映画の予告編、高画質なんよね、見ていってや。

じゃぁぁああああねっ☆

映画 「地獄の黙示録」 (原題:Apocalypse Now)(1979年) 監督 フランシス・フォード・コッポラ

“Apocalypse Now” (1979) de Francis Ford Coppola

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: