脱原発は格闘技だぁぁあっ! – Sortir du nucléaire est un sport de combaaaaat!

先日、10月30日(日)に決定され即効報道されたよね、フランスのお隣の国、ベルギーが原発から抜け出すってさ。

10月31日付けのル・モンド紙には、ロイターとの共同記事が載っていて、記事頭に、こう書かれてあった。

Le plan, qui prévoit la fermeture d’ici 2015 des trois plus anciens réacteurs, sur les sept que compte le pays, puis une sortie complète du nucléaire d’ici 2025, reste conditionné à ce que la Belgique trouve suffisamment de sources d’énergie alternatives au nucléaire pour éviter toute pénurie. Selon le rapport 2009 de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la Belgique dépend à 55 % du nucléaire pour ses besoins électriques.

● 2015年までに、ベルギーが頼ってる7基の原子炉の内、古い3基の稼動を停める予定。

以下は7基のある場所 = ☆

● 完全なる脱原発は、2025年までの予定。

● 条件がある。 = 「原発電力」に頼らない代替エネルギー源を見つけ、原発に変わる電力供給を見つけること。

● 国際エネルギー機関 (IEA:International Energy Agency)の2009年のレポートによると、ベルギーは55%が、原子力発電によって電力供給をしている。

そして、2011年10月3日、今日付のフランス紙のネットHPに、こんなタイトルの記事が。←記事まんまを下に載せて置くよ。

電力 : われわれは闇の中でクリスマスを過ごすのか?

ベルギーか・・・ビールが美味しいよなぁ。

あと、あたしが大好きな人の出身国でもあるんだよな。それは、フランスでも大活躍の俳優・コメディアンのブノワ・ポールヴールド (Benoît Poelvoorde)

色んな表情が出来る人で、写真を見ても、ほんま豊かな顔だなって思うんだけど、そん中でもセクシー系を1枚選んでみたぁ。

映画の中で、ブノワ・ポールヴールドは、ジョン=ギィ・クルトンっという名の空手の先生役やってんだよね、めっちゃ好きやわ、で、一緒に飲み会とかやったら、ドえらく面白いことになりそうやし、めっちゃヤリたい飲み会、もうさ、飲み屋でとかじゃなくって、ベルギーのビール工場でワイワイとさッ☆

ま、これは俳優として仕事してるのブノワ・ポールヴールドの姿なんだけど、めっちゃ本人と被ってるぅぅっと思うんだよね。

以下は、東京新聞の掲載記事で、10月31日(月)夕刊より、で、下の方のデモ記事は10月30日(日)朝刊からだそうです。

記事を送ってくださった方に感謝申し上げます☆

France Soir – 03/11/2011

Electricité : Va-t-on passer Noël dans le noir ?

Après l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires chez nos voisins européens, la France pourrait connaître des ruptures d’approvisionnement en électricité cet hiver. La météo sera cruciale. Décryptage.

Haute tension sur le marché de l’électricité : plusieurs pays européens, dont la France, pourraient connaître des difficultés d’approvisionnement cet hiver. C’est le risque pointé par l’Observatoire européen des marchés de l’énergie du cabinet Capgemini, qui y voit un effet indirect de la catastrophe de Fukushima. D’ici au 10 novembre, Réseau de transport électrique (RTE), qui gère les infrastructures et l’acheminement de l’électricité française, doit rendre son rapport saisonnier. En attendant cet état des lieux, le ministre de l’Industrie, Eric Besson, a voulu rassurer : pour que la France soit plongée dans le noir, il faudrait que plusieurs « facteurs très défavorables » soient réunis. Alors faut-il craindre un black-out à Noël ? Explications.

Nos voisins abandonnent le nucléaire

Si la France exporte plus d’électricité qu’elle n’en importe, elle a tissé avec ses voisins de complexes relations d’interdépendance énergétique. Or, dans l’immédiat après-Fukushima, trois pays voisins ont décidé de réduire leur production d’électricité d’origine nucléaire. L’Allemagne s’est montrée draconienne : sans consulter ses voisins, elle a arrêté 8 de ses 17 réacteurs dès le printemps. Les neuf restants seront mis à l’arrêt entre 2015 et 2022. Mais déjà, le pays a dû augmenter ses importations, faisant acheminer chaque jour 2.000 mégawatts depuis l’Hexagone. Et ce montant pourrait encore augmenter, puisqu’il faudra du temps à l’Allemagne pour remettre en route ses centrales à gaz et à charbon. De son côté, la Belgique a tranché le 31 octobre pour une sortie du nucléaire et un arrêt de ses six centrales à partir de 2015. Enfin, la Suisse a prévu d’arrêter d’ici à 2034 tous les réacteurs actuels – sans rejeter la construction de réacteurs de nouvelle génération –, et l’Italie a voté un moratoire sur le nucléaire en juin.

Des difficultés à importer

Pour la France, les conséquences pourraient être lourdes. A chaque instant, parfois dans les deux sens dans la même journée, nous échangeons de l’électricité avec nos six voisins via 45 liaisons d’interconnexions aux frontières. En 2010, sur une consommation totale de 513 tWh (terawattheure), l’Hexagone en a importé 37, dont 16 d’Allemagne. Certains jours, la France a dû acheminer 8.000 mégawatts, un chiffre proche du niveau d’importation maximal. « Or cette énergie ne sera plus disponible », affirme Colette Lewiner, du cabinet Capgemini. Après l’arrêt de ses 8 réacteurs, l’Allemagne a ainsi vu ses capacités d’exportation réduites de 8.000 mégawatts… Selon Capgemini, il faudra investir 1.300 milliards d’euros dans l’Union européenne d’ici à 2020 pour garantir une fourniture électrique continue.

Des pics de consommation plus violents

La France exporte la plupart du temps. Mais chaque hiver, au retour des grands froids, elle fait appel à ses voisins pour contrer des « pics » de consommation liés au chauffage. Ils se produisent vers midi et à 19 heures A chaque degré de moins par rapport aux normales, 2.300 mégawatts de puissance supplémentaire sont nécessaires, selon RTE. Soit plus deux fois la consommation d’une ville comme Marseille et son agglomération un jour de pointe ! En 2010, la France a totalisé 72 journées d’importation, contre 57 en 2009. Le 15 décembre dernier, le record de 96.710 mégawatts a été atteint. Mais RTE prévoit des pointes à 104.000 mégawatts en 2015, et à 108.000 mégawatts en 2020. Lequel de nos voisins pourra y répondre ? Face à ces pics, les régions Bretagne, Pays de la Loire et Paca sont structurellement plus fragiles. RTE y construit de nouvelles lignes, mais elles n’entreront pas en service avant 2015 à 2017.                                                                                                                              

Par J.D.

http://www.francesoir.fr/actualite/societe/electricite-va-t-passer-noel-dans-noir%C2%A0-152914.html

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: