2030年までに新たに原子炉90基 – Nucléaire : 90 nouveaux réacteurs dans le monde d’ici 2030

みんなぁあああああっ☆

先日9月22日、ニューヨークの国連本部で開かれていた原子力安全に関するハイレベル会合が行われて、

● ビデオ出演した国際原子力機関(IAEA)の天野之弥事務局長 「福島事故は原子力の終わりを意味するものではない。多くの国が依然としてエネルギー需要の高まりや気候変動への懸念から原子力利用の拡大を意図している」 (朝日新聞、2011年9月23日)

● 演説した野田佳彦首相 「原子力利用を模索する国々の関心に応える」 (朝日新聞、2011年9月23日)

● 会合を主催した潘基文(パン・ギムン)国連事務総長 「人々の信頼と信用を取り戻すためには原子力のあらゆる面における透明性と公開性が欠かせない」 (朝日新聞、2011年9月23日)

● ニコラ・サルコジ仏大統領 「エネルギーの必要性は、成長と発展への鍵です。本来の問題は、『原子力に YES か NO』ではなく、『どんな原子力安全なのか』(どのように原発の安全を確保するのか)です。」 (ル・ポアン誌=ロイター記事、2011年9月22日付)

と、そういう分けで、国際原子力機関(IAEA)の発表では、

2030年までに、「少なくても」、世界中に新たな原子炉を90基増やすってよ・・・でさ、「調子良ければ」、90基を遥かに超えて、350基建設するって・・・有り得ないってばぁああああっ!!! (参照記事 Enviro2B環境&社会、2011年9月23日付) (参照記事 ル・モンド紙=AFP通信記事、2011年9月23日)

ル・モンド紙の記事のタイトルは、「フクシマ(の原発事故)にも関わらず、国際原子力機関(IAEA)は、2030年までに新たに90基の原子炉増設を発表」だよ・・・嗚呼もう・・・。

この、90基、350基って・・・言葉なくすわいっ!!!!!!!!!

あうあうあうぅぅぅぅ・・・がくがくぅぅ・・・落ちるわ落ちるわ落ちるわいっ!!!

350・・・分かったよ、分かった分かった分かった、うちらの「想像力の貧しさ」認めるから、原発やめようよ、解散しようよ、停めようよ、分かれようよ、原発と離婚しようよ・・・もう、何て言ったら分かり合えるんだぁ???

あとさ、朝日新聞の記事書いてる人さ、なんで、そういう部分に触れて書かないんだ?

分かってないのか?情報知ってて書いてないのか?日本国民に知らせなくていいと思って、ワザと書かないわけ?どうなってんのソコ?

韓国でも、近年10年の間に、91回も原発故障があって、今年4月には、Kori-1原発は停電が原因で停止して、別の原子炉も故障で3回連続で停止したんだって、最近読んだよ。(参照記事 Voix de la Russie、2011年9月19日付)

ちなみに、韓国には21基原子炉が合って、国内の40%の電力を原発でまかなってるんだってね。

ところで、ニコラ・サルコジの奥さん、カーラ・ブルーニさんの「妊婦姿お披露目会」?・・・なんなんすか、これぇえええええっ?!!!! どうなってんの!!!!!

フランス・パリのエリゼ(Elysee)宮が9月17日、一般公開され、ニコラ・サルコジ(Nicolas Sarkozy)仏大統領と出産を来月に控えたカーラ・ブルーニ(Karla Bruni)夫人が来訪者を出迎えた。(c)AFP

サルコジは赤ちゃんが生まれてきたら、なんつぅぅ~んだぁ?

サルコジ 「ばぶばぶばぶううううぅ~、パパでちゅよぉ。あのね、パパ頑張って元気な赤ちゃんのために原発一杯建てといたからねぇ~ばぶばぶぅううう~。え?ん?ばくはちゅ?爆発なんて言葉、もう知ってるんでちゅかぁ?あのにぇ~、原発は絶対に何があっても、飛行機が落ちても、爆弾落とされても、攻撃されても、パパが大統領おろされても絶対に問題ないんでちゅよぉ、はい、安心~、はい、安全~、はい、大丈夫~、はい、確実~、はい、信頼~、はい、幸せ~。おやちゅみおやちゅみィ~。」

サルコジ赤ちゃん 「・・・おいっ、そんなもん頼んだ覚えはありゃせんぞっテメええええっ!!!! で、あんた誰?」 ←っと、中指シッカリ立てて☆= 理想過ぎですかぁあ?(笑)

原発停めようよ・・・ありえへんやろ、もぉぉぉおおおおおおおっ!!!!!!

以下、ル・ポワン誌に掲載されてるロイター通信の記事、ル・モンド紙に掲載されてるAFP通信記事(2011年9月22日付)、そして、朝日新聞の記事も置いておくわ。

で、ちょっと暴れてくるわぁぁああああっじゃぁああああねっ☆

Reuters : Le Point (22/09/2011)

Sarkozy veut aller plus loin que l’AIEA sur la sûreté nucléaire

NEW YORK (Reuters) – Nicolas Sarkozy a de nouveau défendu jeudi l’idée de contrôles internationaux obligatoires des installations nucléaires civiles dans le monde, pour prévenir des catastrophes comme celle de la centrale japonaise de Fukushima.

Le président français, qui s’exprimait lors d’une réunion sur ce dossier au siège de l’Onu, à New York, a ainsi pris le contrepied de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), dont les 151 membres ont approuvé jeudi un plan non contraignant.

Il a estimé, six mois après la catastrophe de Fukushima déclenchée par le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars au Japon, que la communauté internationale ne devait pas se tromper de débat.

“Le besoin d’énergie, c’est la clef pour la croissance et pour le développement. La vraie question n’est pas ‘nucléaire ou pas nucléaire’, c’est ‘quelle sûreté pour le nucléaire'”, a-t-il déclaré. Il a défendu quatre propositions en ce sens.

Il a ainsi insisté sur la nécessité de mettre en place une revue obligatoire par les pays pairs des installations nucléaires civiles.

“Il est extravagant de constater qu’il est plus facile pour la communauté internationale de déclencher le contrôle sur une installation nucléaire militaire que sur une installation nucléaire civile”, a-t-il expliqué.

“Je sais bien (…) que nombre de pays préfèrent une revue volontaire”, a-t-il ajouté. “La France serait prête à accepter une revue obligatoire. Pourquoi ? Parce que le nucléaire doit aller de pair avec le plus haut niveau de sûreté.”

Les Etats-Unis, l’Inde, la Chine et le Pakistan font partie des pays qui militent au contraire pour que la sûreté nucléaire reste une responsabilité nationale.

Nicolas Sarkozy a également estimé qu’il fallait mettre en place un centre international de formation à la technologie et à la sûreté dans le nucléaire civil.

Il a assuré qu’une force d’intervention rapide, dont il a de nouveau jugé la création essentielle pour contenir les conséquences d’accidents nucléaires, ne remettrait pas en cause la souveraineté nationale des pays.

“Un site peut être entièrement dévasté, donc il faut pouvoir amener des capacités de l’extérieur”, a expliqué plus tard la ministre française de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. “Ce qui est vrai pour un site peut l’être pour un pays.”

Nicolas Sarkozy a enfin proposé que tous les pays accédant au nucléaire civil se dotent au préalable d’une autorité de sûreté nucléaire indépendante.

La France produit près de 80% de son énergie électrique grâce à 58 réacteurs nucléaires. La catastrophe de Fukushima y a relancé le débat sur une éventuelle sortie du nucléaire, qui promet d’être un thème de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012.

Emmanuel Jarry et John Irish, édité par Gérard Bon

http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/sarkozy-veut-aller-plus-loin-que-l-aiea-sur-la-surete-nucleaire-22-09-2011-1376491_240.php

———————————————————————

Le Monde (23/09/2011)

Malgré Fukushima, l’AIEA annonce 90 nouveaux réacteurs nucléaires d’ici à 2030

Six mois après la catastrophe de Fukushima au Japon, la plupart des pays industrialisés, et surtout émergents, continuent à plébisciter l’atome, estime l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). C’est du moins l’un des grands enseignements de la 55e assemblée générale de l’agence, qui rassemble jusqu’à vendredi 23 septembre, 151 pays au siège viennois de l’agence onusienne.

Même si l’AIEA a légèrement abaissé ses prévisions pour 2030, elle mise toujours sur la construction d’au moins 90 réacteurs dans le monde. Dans son scénario optimiste, elle n’exclut pas que ce chiffre puisse grimper à 350, une croissance essentiellement portée par les pays émergents, a souligné le chef du département statistiques de l’agence, l’Allemand Hans-Holger Rogner.

L’ASIE N’Y RENONCE PAS

“Le rôle de l’énergie nucléaire en tant que source d’approvisionnement en électricité sûre, fiable et propre, et en tant que réponse aux inquiétudes” concernant le “changement climatique ne doit pas être sous-estimé”, a souligné le directeur de l’Agence de l’énergie atomique indienne, Srikumar Banerjee. L’Inde, état en pleine croissance et avide d’énergie, prévoit toujours “une forte expansion” dans le nucléaire, a-t-il ajouté, évoquant des études estimant qu’un accident similaire à celui de Fukushima était improbable dans le pays.

La Chine devrait de son côté délivrer des autorisations pour de nouveaux projets début 2012, après les avoir gelées à la suite de la catastrophe, le temps d’inspecter les installations du pays, a indiqué récemment le journal économique Zhongguo Zhengjuan Bao.

La Corée du Sud, qui produit 40 % de son électricité via ses 21 réacteurs, prévoit aussi d’en construire de nouveaux, souligne l’ambassadeur Cho Hyun : “Les gens savent que nous devons conserver cette source d’énergie. La Corée est un pays industrialisé qui a besoin d’une électricité fiable et bon marché”, a-t-il indiqué. Un basculement vers des énergies renouvelables, comme le solaire ou l’éolien, “demande des investissements énormes” et n’est pas possible du “jour au lendemain”, a-t-il argumenté.

Un autre grand pays émergent, le Brésil, a aussi réaffirmé ses projets de construction de réacteurs, de même que l’Afrique du Sud, non sans avoir au préalable procédé à des tests de sûreté pour tirer les leçons de Fukushima, a déclaré l’ambassadeur sud-africain auprès de l’AIEA, Xolisa Mfundiso Mabhongo. “Comme d’autres, nous étions convaincus que nous ne pouvions pas conserver une approche routinière sur la sûreté nucléaire”, a expliqué le diplomate.

DU NUCLÉAIRE OUI, MAIS SÛR

L’assemblée générale de l’AIEA a d’ailleurs entériné jeudi un plan d’action visant à renforcer la sûreté des 432 centrales dans le monde, invitant notamment les pays à accepter davantage de visites d’experts internationaux, mais sans caractère ni calendrier contraignants. Sous la pression en particulier des Etats-Unis et de la Chine, la sûreté reste en conséquence largement une question de souveraineté nationale.

L’énergie atomique reste un pan essentiel de la stratégie énergétique des pays industrialisés, comme les Etats-Unis ou les grands pays européens. La France est ainsi dépendante à 75 % du nucléaire pour son approvisionnement en électricité, un record mondial, la Grande-Bretagne pour 15 %.

Toutefois l’Allemagne, la Suisse et l’Italie se sont prononcées pour une sortie de l’énergie atomique. La plupart des “autres pays ne sont pas aussi riches que l’Allemagne” et ne peuvent pas se permettre de renoncer à l’atome, souligne pour sa part Hans-Holger Rogner.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/09/23/malgre-fukushima-l-aiea-promet-90-nouveaux-reacteurs-nucleaires-d-ici-2030_1576565_3244.html

———————————————————————

朝日新聞 2011年9月22日付

フクシマの教訓共有し原発推進 国連原子力会合が閉幕

ニューヨークの国連本部で開かれていた原子力安全に関するハイレベル会合は22日午後、福島第一原発事故の教訓を踏まえた世界最高水準の安全対策を共有することを確認して閉幕した。国際社会は今後も原子力利用を推進していくことで事実上、合意した。

会合の冒頭、ビデオ出演した国際原子力機関(IAEA)の天野之弥事務局長は、安全強化のための行動計画が承認されたことを報告。「福島事故は原子力の終わりを意味するものではない。多くの国が依然としてエネルギー需要の高まりや気候変動への懸念から原子力利用の拡大を意図している」とし、行動計画の実行が欠かせないと訴えた。

演説した野田佳彦首相も「脱原発依存」には触れずに、逆に「原子力利用を模索する国々の関心に応える」と語り、原発を導入する新興国には技術協力していく考えを示した。

会合を主催した潘基文(パン・ギムン)国連事務総長は、福島第一原発を視察した経験を踏まえ「人々の信頼と信用を取り戻すためには原子力のあらゆる面における透明性と公開性が欠かせない」と訴えた。(ニューヨーク=行方史郎)

http://www.asahi.com/international/update/0923/TKY201109230266.html

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: